Séances // Les Apprentis + Glissements progressifs du plaisir

Outre la séance Schnock fait son cinéma le 23 juin, j’aurai le plaisir de présenter deux autres séances à Paris à cette même période.

160601_lesapprentisaff

  • GloryLOL le 26 juin 2016, 20H30 – Les Apprentis de Pierre Salvadori (en présence du réalisateur)

Comédie douce-amère, Les Apprentis est le second film de Pierre Salvadori (Cible émouvante, Hors de prix, Dans la cour) dans lequel Fred (Guillaume Depardieu) et Antoine (François Cluzet) vivent des aventures entre vols à la tire, bitures et questionnements sur les projets d’avenir qui semblent inexistants autant qu’angoissants.

Antoine est un écrivain raté et dépressif. Fred ne fait pas grand-chose de sa vie et semble s’en contenter.
Tous deux partagent un appartement et vivent de petites combines foireuses.
Les aventures et surtout mésaventures de ces deux copains un brin loosers, leur permettront de s’apercevoir que l’amitié est bien la plus grande des richesses.

La séance sera suivie d’un échange que je mènerai avec le réalisateur Pierre Salvadori, le tout au Cinéma Les 3 Luxembourg (67 rue Monsieur Leprince, 75006 Paris – Métro Maubert-Mutualité).

160601_glissementsprogressifsduplaisiraff

  • Glissements progressifs du plaisir au Forum des images le 22 juillet 2016, 19H00

Dans le cadre d’un cycle consacré à la peau, je viendrai introduire la projection d’un des films les plus remarquables de l’iconoclaste Alain Robbe-Grillet, avec ce film de 1974 qui doit autant à Dada qu’à Klein. Souvent plus considéré pour son apport à la littérature (il est le père du Nouveau Roman) que pour sa douzaine de réalisations, le cinéaste est pourtant une source d’inspiration (Les Rencontres d’après minuit de Yann Gonzalez en est une des preuves les plus manifestes) pour sa forme mais aussi pour sa liberté.

Alice est accusée du meurtre de son amie Nora. L’avocate chargée de sa défense est troublée par son charme sensuel. Alain Robbe-Grillet, dans ce sixième long métrage, filme le corps parfait de son actrice sous toutes les coutures en la magnifiant, notamment dans une séquence-clé où, parodiant une « anthropométrie » de l’artiste Yves Klein, la jeune fille recouvre son corps de peinture et l’applique sur une surface murale immaculée.

Plus d’informations sur le site du Forum des images.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s