Séance // Schnock fait son cinéma #1

Voilà plusieurs mois que je travaille à un projet de séances de cinéma autour de la revue Schnock avec laquelle je collabore régulièrement. Bien évidemment, le programme suit la ligne éditoriale de la revue (c’est-à-dire le cinéma français pop des années 60 à 80), et est constitué outre des accompagnements habituels de deux films, l’un bénéficiant d’un statut de petit film culte, l’autre qu’on peut qualifier de jolie pépite. Et quoi de mieux que de s’installer dans la nouvelle salle de cinéma Les Fauvettes pour l’occasion ? Cette nouvelle salle parisienne a ouvert ses portes en novembre dernier avec comme ligne éditoriale la projection de films restaurés. C’est donc entre la Place d’Italie et les Gobelins que vous pourrez le 1er mars prochain découvrir (ou redécouvrir) Clara et les chics types de Jacques Monnet et Les Caprices de Marie de Philippe de Broca.

A partir de 19 heures, vous pourrez rejoindre l’équipe de Schnock dans le hall du cinéma pour venir discuter (et acquérir) le numéro 18 de la revue, dans les kiosques le 2 mars.

A 20 heures, les séances débutent avec Clara et les chics types. A l’aube des années 80, six amis qui composent le groupe glam les Why Notes partent de Grenoble pour un concert sur la capitale. Sur le chemin, ils croiseront Clara… Joli portrait des désillusions des enfants de 1968, le premier film de Jacques Monnet (Signes extérieurs de richesse) est scénarisé par Jean-Loup Dabadie (Vincent, François, Paul… et les autres de Claude Sautet, Un éléphant ça trompe énormément d’Yves Robert) en grande forme, interprété par un joli casting (Josiane Balasko, Thierry Lhermitte et Christian Clavier tout juste débronzés, Daniel Auteuil, Marianne Sergent, Christophe Bourseiller et bien sûr Isabelle Adjani dans le rôle-titre) sur une bande originale entêtante signée Michel Jonasz. You kill me and I Kill you, I Kill you, you kill me…

A 22 heures 15, c’est l’heure de la rareté. Assez peu connu dans la carrière du réalisateur des Tribulations d’un Chinois en Chine, L’Homme de Rio et Le Magnifique, Les Caprices de Marie est une vraie pépite pop sous forme de dessin animé acidulé et survolté dans laquelle se croisent Marthe Keller, Jean-Pierre Marielle, Henry Crémieux, Fernand Gravey, sous le regard de Philippe Noiret, qui constitue la thématique du prochain Schnock. Le scénario est co-signé avec Daniel Boulanger, et pendant longtemps, le film est demeuré peu vu et invisible jusqu’à sa redécouverte pour beaucoup lors de son passage à la Cinémathèque Française au sein du cycle consacré à De Broca. Pépite sur la pépite, c’est Jérome Wybon (Forgotten Silver), spécialiste de Philippe De Broca qui nous fera l’honneur de nous présenter le film.

Ça se passe au cinéma Les Fauvettes le 1er mars, et je vous invite à vous rendre sur leur site pour toutes les informations d’usage (prix, accessibilité, etc…). Néanmoins, sachez que vous pouvez sur place bénéficier d’un tarif préférentiel de 15 euros pour ce double-programme.

160212_claraetleschicstypesaff 160211_Capricesmarie3

160211_Capricesmarie2 160211_Capricesmarie1

Advertisements

2 réflexions sur “Séance // Schnock fait son cinéma #1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s